vendredi 9 décembre 2016

L'accueil des espagnol comme symbole de Solidarité

Plus de réflexions sur l'accueil que nous avons fait pour les étudiants espagnols pendant ce mois de décemre en 3ème4.

Jules, Louis, Malo, Ysé, Clémentine, Louise



No os olvidéis de mostrar hospitalidad, porque por ellos alugnos, sin saberlo, hospedaron angeles.

Nous avons choisi cette phrase car elle parle de générosité gratuite sans attendre de retour, mais aussi d'amour. Elle dit que l'on peut accueillir quelqu'un juste par gentillesse sans forcément vouloir que celui qu'on accueille nous rende le service que l'on a rendu.
Elle raconte également qu'il ne faut pas oublier toutes les bonnes manières.

Cette phrase nous touche beaucoup car parfois certaines personnes que nous rencontrons accidentellement et que nous aidons ou qui nous aident peuvent influer sur notre futur. Elle nous fait donc réfléchir sur le fait de toujours laisser notre porte ouverte à l'autre lorsqu'il en a besoin, car nous pourrions en avoir besoin plus tard. Evidemment, cette personne peut être mauvaise pour nous, mais on ne sait pas ce que l'avenir nous réserve. La foi en Dieu nous permettra de rester sur le bon chemin et peut être d'influer en bien sur cette personne.

Lorraine et Lunia

El forastero no pasa la noche afuera porque al viajero he abierto mis puertas.
Cette phrase de la Bible signifie que la personne a un très grand coeur car elle remarque qu'une personne qu'elle ne connaît doit être accueillie en toute générosité pour la nuit. Nous devons agir comme des chrétiens et suivre les devoirs de la religion : aimer son prochain, comme soi-même, et l'accueillir sans se poser de questions sur sa classe sociale, ses origines ou ses croyances. Nous avons accueilli les correspondants espagnols de la même manière, en leur faisant découvrir nos traditions, habitudes et mode de vie. Les professeurs ont été très chaleureux envers leurs correspondants et ont passé un très bon moment.


Sarah

Mostrad, pues, amor al extranjero, porque vosotros fuisteis extranjeros en la tierra de Egipto.
Il faut être respectueux avec les étrangers et avec la terre des étrangers, car nous le sommes tous et, un jour, un de nos ancêtres et nous même seront ou étions étrangers pour quelqu'un.
Au-delà de l'étranger, il faut tous se respecter car nous sommes tous égaux et libres de droit. Nous sommes sur la même terre. Cette phrase est très juste et sage et je l'ai choisie car nous avons tendance à oublier que les races importent peu mais que c'est surtout que l'on a dans le cœur qui compte. C'est l'un des problèmes d'aujourd'hui.

Les correspondances espagnols qui sont venus dans notre école ont dépassé les problèmes de race pour s'ouvrir aux différentes cultures, langues, personnalités et pays.